Général

Nourrir un chien de force

Nourrir un chien de force

Forcer un chien à mourir

J'ai récemment écrit un article sur The Vegan Voice sur la mort de notre chien, que je vais republier ici en intégralité :

La première photo de notre chiot, que nous avons appelé Little Bopper

"C'est un chiot", mon mari sd, "Il va grandir."

"Quoi?" J'ai répondu: "Nous venons de l'avoir hier!"

Alors j'ai fait la seule chose que je savais faire. J'ai appelé mon vétérinaire.

"Non," lui dis-je. "C'est mal à faire."

"C'est juste pour lui donner un pn-releveur", a-t-elle répondu, "Cela ne lui fera pas de mal."

« Ce n'est pas bien de donner un pn-releveur à un animal. C'est de la cruauté."

"Si vous ne le faites pas, il va juste souffrir."

« Tu ne peux pas faire ça. C'est contre la loi !"

Le vétérinaire m'a donné une ordonnance. Je suis allé à la maison.

Cette nuit-là, quand je suis venu lui donner ses médicaments, je l'ai trouvé recroquevillé en boule. Il était visiblement en pn.

J'ai dit au vétérinaire.

Elle m'a donné une autre ordonnance.

Je suis rentré chez moi et je lui ai donné ça aussi.

Le lendemain, nous sommes rentrés à la maison pour une scène différente. Sa tête était appuyée sur un oreiller. Sa langue pendait. Il avait l'air d'être en pn, mais il ne l'était pas. Je suis allé chez le vétérinaire pour obtenir une troisième ordonnance.

Je suis rentré chez moi et j'ai fait la troisième ordonnance. Je l'ai appelée en rentrant à la maison.

"Il n'est pas en train de mourir", lui ai-je dit, "Il est en pn."

"Je ne vais pas donner un troisième pn-killer", a-t-elle répondu, "C'est exagéré."

Alors j'ai fait la seule chose que je savais faire.

J'ai appelé la Humane Society.

Je savais qu'il fallait l'endormir.

Je l'ai fait pour sauver sa souffrance.

Cette nuit-là, quand je suis venu lui donner ses médicaments, il ne s'est pas réveillé.

Il n'a pas fait de bruit.

J'ai touché sa peau froide.

Il avait l'air mort.

Je ne pouvais pas me résoudre à lui ouvrir les yeux.

J'ai appelé la Humane Society.

"Je ne peux pas monter dans la voiture avec un chien mort dedans", a-t-elle déclaré.

Alors je l'ai enveloppé dans une couverture et je l'ai mis sur le siège avant.

J'ai conduit jusqu'à la Humane Society, je me suis garé et je l'ai laissé dans la voiture pendant que j'entrais.

La femme au comptoir n'était pas contente de moi, mais elle a appelé un homme qui a dit que nous devions attendre la semaine suivante pour que le vétérinaire lui donne un sédatif.

Je leur ai parlé de la mort de Little Bopper.

"Pas de problème", dit-il, "Il sera enterré tout de suite."

"Nous ne le gardons pas", la femme au comptoir sd, "The Humane Society obtient tous nos errants."

"Pas de problème", dit-il, "Nous allons l'emmener à la décharge."

Le lendemain matin, j'ai découvert que Little Bopper était enterré dans une tombe peu profonde. J'ai appelé la Humane Society.

"Nous ne pouvons pas le prendre", a-t-elle déclaré.

"Nous devons le garder", ai-je répondu, "C'est le seul chiot que nous ayons eu."

Je lui ai posé des questions sur la loi.

"Oui, on a le droit de l'euthanasier", a-t-elle déclaré. "Mais nous ne le faisons pas."

J'ai quitté la Humane Society et j'ai appelé un vétérinaire que je connaissais.

« Veuillez l'euthanasier », suppliai-je.

"Je ne peux pas", a-t-elle répondu. "J'ai une objection morale."

J'ai conduit à la Humane Society.

« Il est mort ! », lui ai-je dit.

"L'homme à la décharge sd qu'il l'enterrait", a-t-elle répondu, "Mais ils sont partis maintenant."

J'ai conduit à la décharge.

Ils s'occupaient de nous.

Ils sont partis quand ils ont vu que le chien était mort.

J'ai donc ramené le chien à la maison.

Je lui avais donné six doses d'un pn-killer, mais il souffrait toujours.

"C'est juste un chiot", ai-je dit au vétérinaire. "Il ira bien."

"Je ne peux pas l'endormir", a-t-elle répondu. "J'ai essayé."

« Tu ne peux pas faire ça ! C'est contre la loi !

J'ai donc emmené le chien à la Humane Society.

Ils ont dit qu'ils prendraient le chien pour moi, mais que ce serait plus cher parce que je devais payer pour une crémation.

Je leur ai dit que je le prendrais.

"Je vais le ramener à la maison", la femme au comptoir sd, "Je vais faire la crémation."

"Je vais payer pour ça", lui ai-je dit.

Elle m'a dit que je devrais la payer parce que c'était sa responsabilité de le faire.

je lui ai dit